Crédits : Olivier DonnarsMaxppp

La cour administrative d’appel de Paris a donné raison au collectif qui lutte pour la préservation des jardins des Vertus d’Aubervilliers. Elle estime que le plan local d’urbanisme qui permet la destruction d’une partie des jardins est « incohérent ».

© Emmanuel Clévenot / Reporterre

Cela sonne-t-il le glas du projet de piscine olympique ? Non, nuance Dolorès. « On gagne surtout un temps précieux. Tant que la mairie ne présentera pas un nouveau PLUi, conforme aux attentes du juge, ce sont les dispositions du PLUi précédent qui prévaudront… à savoir, la non-constructibilité des jardins. » Ces nouvelles attentes ne permettront pas de rendre aux jardiniers leurs 4 000 mètres carrés de terres, saccagées il y a déjà de nombreux mois. Elles protègeront cependant 4 000 autres mètres carrés de parcelles jusqu’ici menacées et qui échapperont donc aux pelleteuses.